Défi Puremar (préparation)

EDUCATION ATYPIQUE OUTDOOR ENVIRONNEMENT

Yerres, France

Don



Préparer une nage solitaire de Marseille à Monaco en remorquant un collecteur de déchets flottants derrière le bateau accompagnateur et à deux nageurs lors de démonstrations pour inciter les ports, les villes et les plaisanciers à une telle dépollution plastique en bord de mer.

Un défi sportif et écologique pour la vie marine et sous-marine

Le Défi Puremar, c'est une nage solitaire en eau libre de Marseille à Monaco* à l'été 2020 pour encourager la collecte des déchets plastiques le long des côtes, surtout dans les zones où vents et courants les accumulent et dans les embouchures de fleuves.

Je ramasse les plastiques depuis mon enfance. Partout, en ville, en forêt, sur les plages, sur et sous l'eau... Aujourd'hui, j'ai décidé de le faire à plus grande échelle en me lançant un défi de natation et en remorquant un collecteur de plastique flottant. Ce petit chalut à déchets sera tracté par le bateau accompagnateur en permanence et, lors de démonstrations, par deux nageurs, deux kayaks ou par moi seul, tracté par un LibertyKite® d'Yves Parlier car nager seul en permanence avec cet engin en remorque est impossible sur une telle distance même avec des palmes ou aidé d'une planche de nage.

Quand vous vous promenez en forêt tout en ramassant des déchets, vous conciliez plaisir de la balade et geste utile. En mer ou en rivière, vous pouvez aussi naviguer à faible allure en nettoyant la surface de l'eau et sans risque d'attraper des poissons (ils passent en dessous).

Premier essai dans le port de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Essai en Seine avec le Finboard d'Elvasport.

La préparation du défi, c'est de l'entraînement, du matériel et des essais entamés en 2018 ainsi qu'une participation à l'exposition LaMerXXL de Nantes en juillet 2019. Comme cette formidable expo sur la mer s'annonce, je lance une première phase de levée de fonds maintenant, pour profiter de la visibilité de LaMerXXL, afin ensuite de pouvoir boucler le budget final du projet l'an prochain lors d'une seconde phase de financement qui aura lieu début 2020. Jusqu'à aujourd'hui, j'ai tout financé seul et des premiers partenaires m'ont offert un peu de matériel ou d'assistance.

Le colibri et la mission

Quand j'ai eu cette idée, j'ai eu la chance de rencontrer Thierry Thomazeau. Cet ancien patron pêcheur de Vendée a créé puis perfectionné un chalut collecteur d'hydrocarbures au moment des marées noires de l'Erika et du Prestige en 1999 et 2002. Depuis, il se consacre entièrement à la dépollution avec sa société Thomsea et ses engins sont utilisés par la Marine Nationale en première ligne de défense contre les pollutions pétrolières ou pour des opérations de collecte de déchets plastiques avec un maillage de filet moins serré. En mars, les chaluts Thomsea ont permis d'éviter le pire lors du naufrage du pétrolier Grande America dans le Golfe de Gascogne. Thierry a créé et m'a prêté le prototype que vous voyez sur les photos et que j'adapte à mes besoins pour le défi Puremar.

Avec les deux Finboard de Guillaume Turbec, lors des premiers essais en Seine.

Quant à la planche de nage que vous voyez ici en jaune ou en rouge, c'est le modèle Finboard Race de Guillaume Turbec, que je remercie vivement et que vous pouvez voir sur des essais en Seine avec moi dans la vidéo qui suit. Ce type de planche de nage permet de nager longtemps en se fatiguant moins qu'en nage classique et a déjà été utilisé par Rémi Camus lors de son Tour de France à la nage l'an dernier. J'en profite pour le féliciter lui aussi et le saluer. Bravo Rémi ! Moi, je vais faire moins de kilomètres au total mais par moment en remorquant mon engin et en accumulant les plastiques récupérés, qui seront stockés, analysés puis recyclés ou transformés en carburant par pyrolyse après le défi.

Essai en Seine à deux avec Guillaume Turnec et ses Finboard.


Nettoyage de la Seine à Bougival pendant le World Cleanup Day de septembre 2018.

Après le nettoyage à Bougival sur l'Ile de la Chaussée avec l'association ASPIC.

Démonstration à Paris dans le bassin de La Villette lors de la course Open Swim Stars.


Bien sûr, tout le monde est d'accord pour dire qu'il faut arrêter de consommer autant de plastique et qu'il faut le recycler, le transformer ou au moins lui éviter de finir dans la nature, où il ravage la vie animale et végétale. Mais ce n'est pas pour demain, malgré tous nos efforts, et le plastique déjà perdu va mettre des siècles à se décomposer, même si nous ne le voyons plus quand il coule ou se fragmente en micro puis nano particules. A tous les stades de sa dérive terrestre, fluviale ou océanique, il étrangle, il empoisonne, il bloque, il déchire, il tue, il pollue, il contamine l'eau, le sol et nous avec. Aucun animal n'est épargné et les plus emblématiques d'entre eux comme les baleines ou les cachalots sont très gravement touchés en premier lieu.

Engagement & projet retenu

Alors, même si les quantités collectées à la surface de l'eau sont très faibles (l'essentiel du plastique en mer coule ; la Fosse des Mariannes en contient...), même si je ne convaincs que quelques villes, entreprises ou personnes au long de mon périple de changer leurs habitudes, d'interdire les pailles ou les sacs en plastique, de pratiquer le nettoyage en mer, de fermer leurs poubelles, et bien je fais mon colibri qui apporte sa goutte d'eau pour combattre l'incendie ; je nage, je ramasse, je récupère et je remplis la petite mission que je me suis confiée.

Le Défi Puremar comprend en effet l'engagement de partenaires pour réduire les déchets plastiques à terre et les collecter en mer, au delà de la sensibilisation à la pollution par la nage symbolique le long des côtes. Chaque municipalité, entreprise ou particulier qui voudra s'engager à l'occasion du défi pourra le faire de manière très concrète.

LaMerXXL m'offre une surface au sol dans le cadre de son initiative en faveur de porteurs de projets d'animations et je remercie vivement son jury d'avoir sélectionné le Défi Puremar parmi les projets retenus. Néanmoins, il reste les frais de transport et de communication pour que ma participation à l'exposition puisse se faire et je vais aussi effectuer des démonstrations dans l'Erdre plusieurs fois pendant la durée de l'événement. Votre soutien me permettra de payer tous ces frais et un peu d'équipement en plus de tout ce que j'ai déjà financé et du premier matériel que j'ai reçu ou obtenu à prix préférentiel de Scubaland. Ensuite, l'argent collecté servira à d'autres essais cet été et notamment à tester le remorquage du collecteur par un voilier avec Chloé et Victor du projet Ocean Loop : eux aussi s'engagent pour réduire la pollution plastique en mer !

Puremar est une association à but non lucratif vouée à faire progresser la dépollution plastique en mer et en rivière. Après le défi 2020 pour faire connaître la collecte de déchets en surface et la promouvoir auprès de ports et de municipalités, nous viserons une grande opération de nettoyage en Méditerranée dans une zone très polluée comme cette « île » de plastique dérivante.

Vive la mer ; je compte sur vous.

Benoît

*Selon les villes partenaires et mon budget final en 2020, j'aimerais pouvoir nager de la frontière espagnole à la frontière italienne de manière symbolique (la pollution plastique se combat aussi par la coopération entre pays...). C'est plus de 650km mais Rémi Camus l'a fait l'an dernier pendant son Tour de France à la nage en y ajoutant 2000km de facade Atlantique. Alors, si possible, le Défi Puremar couvrira tout le littoral méditerranéen français continental, avant de prévoir une étape corse pour la suite.


Qui sommes-nous ?

Benoît Quémar, nageur et apnéiste amateur, ainsi qu'une équipe de soutien.

Né d'un père breton ayant ses racines au bord du Belon et d'une mère alsacienne (d'origine suisse), j'ai grandi à Lorient, nagé et navigué entre Groix et les Glénan, avant de découvrir la Méditerranée adolescent.

Je me consacre au Défi Puremar pendant mon temps libre et il est essentiel pour moi. Passionné par la mer, je n'en ai pas fait mon métier plus jeune mais ce n'est pas trop tard pour m'y consacrer et ce projet concrétise enfin des actions disparates précédentes que j'ai pu entreprendre. Après ce défi en surface, je préparerai une grande collecte de déchets au large en Méditerranée puis m'attaquerai à la question des déchets plastiques au fond des mers.

La pollution plastique est de très loin la plus grave que la Terre ait jamais connue et la plus difficile à combattre (bien plus que la pollution de l'air, la prolifération des OGM, les pesticides ou le traitement des déchets nucléaires par exemple, pour lesquelles des solutions existent). De plus, en mer les plastiques sont directement mortels. S'ils n'ont pas étranglé un oiseau ou étouffé une tortue, ils causeront la mort d'un cachalot et de son bébé, d'une baleine ou d'un phoque par une forme d'occlusion intestinale ou bien finiront en micro-particules dans la chair des poissons, avant un jour de tuer toute vie marine en surface et au fond des océans. Et ce jour là, c'en sera fini pour nous aussi.

Oui, la mer comptera plus de plastique que de poisson en 2030 ou 2050 si on continue comme ça et bien avant tous les mammifères marins auront malheureusement disparu, alors il faut surtout agir tout de suite et pas dans quelques années. J'adore la mer et je ne peux pas rester sans rien faire pour essayer, très modestement, de l'aider en encourageant la collecte des plastiques en zone côtière et en rivière. Si des aires marines, protégées légalement ou non (en espérant bien sûr qu'elles le soient toujours plus...), sont nettoyées de leurs déchets plastiques, elles seront des réserves de vie pour repeupler les océans, en espérant que la catastrophe climatique créée par l'Homme sera atténuée pour laisser une chance à la vie de reprendre dans ces mers trop chaudes et trop acides. Chaque bout de plastique retiré de la mer, c'est cinq siècles de poison et de particules mortelles en moins...

J'ai l'honneur et la chance d'être conseillé et épaulé par ma famille et les amis et experts suivants : Jacques Rougerie, parrain du projet ; Thierry Thomazeau, fondateur de Thomsea ; Guillaume Turbec, concepteur du Finboard ; Yves Parlier, conseiller de la traction par kite ; Pierre Passot et Didier Grosbon, nageurs très longue distance ; Cédric Chupin, spécialiste de la dépollution.

Je suis également bénévole de l'association ReCleanSea, un consortium à but non-lucratif qui travaille justement sur une solution industrielle de collecte des plastiques en mer et en rivière, à grande échelle avec des engins flottants similaires, beaucoup plus importants.

Quand je ne nage pas, je m'entraîne aussi en courant, en sandales minimalistes faites maison ; et quand je ne cours pas, j'aide des entreprises ou des dirigeants à éprouver de l'empathie pour leurs clients, fournisseurs ou salariés, en un mot à mettre de l'humain dans leurs actions car, au travail aussi, il faut "être" au lieu "d'avoir". Le monde meurt que l'Homme ait trop voulu "avoir", alors il est temps que nous voulions simplement "être" (heureux, en forme, joyeux, bienveillant, généreux, utile...). Ancien journaliste (Le Parisien, 20 Minutes), je aussi forme parfois des journalistes au sein du CFPJ.



A quoi va servir la collecte ?

D'abord pour l'exposition LaMerXXL : à payer le déplacement aller et retour entre Paris et Nantes, à faire imprimer quelques kakemonos et des prospectus, à compléter mon équipement de nage et remplacer le matériel déjà usé depuis l'an dernier.

Ensuite pour l'été 2019 : à régler tous les frais de transports pour les essais, pour aller tester la traction par kite avec Yves Parlier en Aquitaine ; pour aller tester le remorquage par un voilier avec l'équipe d'Ocean Loop ; à acquérir du petit matériel de nage, de vidéo et de sécurité selon ce que de nouveaux sponsors n'auront pas couvert.


Retrouvez des news ici très bientôt !
Soyez le premier à contribuer !

Soyez le premier a commenter !