Mascarusse : le mystère de la Mer Blanche

VOYAGE & AVENTURES SPORT DE GLISSE OUTDOOR ATYPIQUE

Mezen, Russia

Don



Mascarusse = Mascaret + Russie Mascaret, Kesako ? Le mascaret est un phénomène naturel qui se produit sur près de 120 fleuves, rivières et baies dans le monde.

Le phénomène correspond à une brusque surélévation de l'eau d'un fleuve ou d'un estuaire en forme d’entonnoir, provoqué par l'onde de la marée montante lors des grandes marées. Il se produit dans l'embouchure et le cours inférieur de certains cours d'eau lorsque leur courant est contrarié par le flux de la marée montante. Imperceptible la plupart du temps, il se manifeste au moment des nouvelles et pleines lunes. Les mascarets les plus spectaculaires s'observent aux embouchures du Qiantang en Chine, du Hooghly en Inde, de l'Amazone au Brésil, de la Kampar en Indonésie, de la Sittang en Birmanie…

Imaginez surfer, au rythme hypnotique d’une onde lunaire, une vague remontant la rivière sur des dizaine de kilomètres, de quelques secondes à plus d’une heure, tout en découvrant l’environnement d’une rivière au fur et à mesure on la traverse.


Aucun mascaret n'ayant été réellement fouillé en Russie, le jeu consiste à aller dénicher le phénomène quelque part en Mer Blanche, non loin du cercle polaire, malgré les ours et les moustiques. La rivière Mezen ayant des marées de 9-10m, il est probable qu'elle abrite une onde lunaire. La décision est prise, je vais partir sur la pleine lune du 22 août 2021. Il s'agit donc de trouver et de surfer le "Bor" de la Mer Blanche.

En Mai 2015, je participe à un colloque scientifique à Caen sur les mascarets avec des représentants de différents laboratoires et instituts de Chine, d'Angleterre, d'Italie, de France et de Russie. C'est là que je rencontre Elena Dolgopolova, de l'institut océanographique de Moscou.
Elle nous démontre, par l'analyse de données hydrographiques pointues, la présence d'un mascaret, dont personne n'a jamais entendu parler.



Sauf qu'elle n'a jamais eu le budget pour se rendre sur place pour une étude de terrain, et elle n'a pu dégoter qu'une seule petite vidéo sur VK, le YouTube russe, d'un micro-mascaret, dont voici une copie. Je reste donc en contact avec elle pour savoir s'il est possible de monter une opération conjointe et en savoir plus sur ce fameux "Bor". 5 ans plus tard, rien n'a avancé, les complications administratives liées à des restrictions de budget, rendent le projet mort-né.


C'est en farfouillant à nouveau sur d'autres sites vidéo que je trouve un clip amateur, pas forcément folichon non plus mais attestant de la présence du phénomène dans une autre rivière de la Mer Blanche, avec un profil de berge plutôt prometteur, sachant qu'on se trouve là à 40 km de l'embouchure. De quoi abriter une vague de 50 à 80cms, voire plus, plus bas dans l'estuaire.

C'est à ce moment-là que j'ai commencé à échanger avec Eugène, un jeune paddlesurfer de St-Pétersbourg, lui aussi très curieux de découvrir le phénomène dans son pays non loin de là. A moins de 1000 km de chez lui ! Partons !


Qui sommes-nous ?

« Il y a des vagues partout, tout est une question de qualité et de fréquence » Telle est ma devise. Moi, c'est Antony « YEP » Colas, spotologue auto-proclamé, qui, depuis plus de 30 ans, sillonne les océans et les mers, planches de surf sous le bras. Journaliste et photographe depuis 1995, à travers YEP, ma petite boîte, je suis également l’auteur de la trilogie des « Guides Stormrider World », une sorte de guide du Routard pour surfers, vendue à plus de 150 000 exemplaires dans le monde entier. 

Parmi les différents types de vagues, le mascaret est devenu, depuis 1998, mon terrain de jeu favori avec plus d'une trentaine d'expéditions au-delà de mon spot habituel : la Gironde.



A quoi va servir la collecte ?

Ce trip en Mer Blanche sera ma 31ème expédition Mascaret, hors Gironde, depuis 2005, l'année où j'ai organisé une rencontre de bore-riders sur la Pororoca du Brésil. Jusque-là, j'ai plus ou moins réussi à financer mes expéditions de recherche de mascaret en vendant textes & photos à des magazines, et /ou en tirant un budget "recherches" sur le marketing de mon agence de voyage de surf. Mais la disparition de la presse papier (rémunératrice donc) et la pandémie du Covid ont asséché mes pistes de financement.

Il s'agit donc d'éponger les frais liés à une quinzaine de jours dans la région d'Archangelsk Oblast. Soit 1200€ de vols & transports (Bordeaux - Paris, Paris St-Pétersbourg, St-Pétersbourg - Archankelgsket Arcanglesk- Mezen), 600€ de frais bateau (sur 4-5 jours) pour la reconnaissance des rivières environnantes et 600€ de frais sur place, logements et nourriture. + Visa (100€). Soit un budget de 2500€


DAVAII 12 Jul 2021

Tout d'abord, un grand SPACIBA pour remercier les 47 contributeurs (+ qq uns qui se sont débrouillés autrement) qui ont alimenté cette cagnotte digitale sur EKOSEA. Ce qui me permet de foncer tête baissée vers une destination rendue difficile par ce CONTEXTE COVID.

Que s'est-il passé depuis la présentation du projet ?

- la Russie ne délivre pas de visa de tourisme et vient de passer en zone rouge ( quarantaine ou auto-isolement probable au retour). Gargl !

- Je passe donc par une agence spécialisée, qui me délivre une lettre d'invitation (en attente, cj requête) de "traitement médical" pour que je puisse rentrer dans le pays. Je ne sais d'ailleurs pas s'il n'est pas un peu osé de l'écrire ici compte tenu de la perspicacité supposée du FSB ( FBI russe).

- Compte tenu de ces difficultés (et surcoût soit 600€) administratives et la reprise du job pour Antoine, il n'est pas souhaitable d'amener Antoine sur cette mission un peu hasardeuse, qui plus est avec un drone et matos vidéo. Pareil pour Benjamin de Singapour qui ne peut pas se permettre d'avoir des problèmes de Visa. Je vais donc partir SEUL retrouver Evgeniy et son pote vers le 15 Août pour 50h de bagnole vers le Nord pour Mezen ! Ensuite, 6-8h de petit bateau pour rejoindre une autre rivière !

- Hubert Chanson en Australie m'a envoyé une traduction des études hydrographiques de M. Reneike de 1860, qui parle d'une "lame de 6 pieds de haut"

Alors, Davaï = c'est parti !


14 May 2021


chrystel (Micky) colmont
200
loic le louargant
20
HUBERT BAUGE
20
Francois Hamant
Jérome Cordoba
20
J-C Gauthier
10
Bruno Boué
70
Bruno Boué
Olivier colombié
20
gilles quinton
10
Marla Rabiquétal
100
Yann Hemery
50
Adaoz Wave
20
Clement Lambert
200
Pierre Dupouy
100
CAMPY CAMPER
200
Théo Barrère
50
Guillaume Germain
50
Laurent Velasque
20
Benjamin Dupal
200
davina bulot
antoine etchegaray
MATHIEU CERRAMON
20
croizit frederic
20
Oliver Fitzjones
50
Jerome BLANCO
30
Robert Bridges
50
Marc Bérard
20
Edward Rubin
200
Ludovic ARNOUX
50
Erwan Simon
15
Jean-Jacques Brissaud
20
Grenier Vincent
10
Michel Alzuyet
20
Thomas Schroder
50
David Badalec
20
Mathis PELLERIN
20
Philippe Bonneton
20
Pierre Duvelleroy
Gaetan Sene
10
Jean Pierre Nadal
50
thomas chaise
20
Hervé MANIFICAT
20
Benoit Duthu
100
Hubert Chanson
10
Nicolas Dejean
10
David Le Quement
100
chrystel (Micky) colmont 28 Jun 2021 à 19h14


Encore une belle aventure au tournant vraisemblablement. Je trouve admirable votre quête de vagues de rivière, et au fond votre quête de réaliser votre idéal de vie. Découvreur et surfeur de vague de rivière dans le monde ça claque comme métier... sur les cartes de visite !!! Parce ce que je connais très peu de gens capables de consacrer leur vie à réaliser leurs rêves, parce que j'aime la boue et l'aventure, parce surfer c'est quand même une des plus belles choses qu'on puisse faire dans la vie, parce que vous êtes fous !... Bon vent (de terre) ! A bientôt à Macau ou ailleurs...

Erwan Simon 12 May 2021 à 11h06


Un mascaret en Russie, j'aime l'idée !

YEP 06 May 2021 à 15h36


Je vous ai amené une petite contribution financière et j’espère que vous allez bien vous marrer! A bientôt au line up! Pierre Duvelleroy